Saison 2012 - Le genre de défaite que l’on ne veut plus voir !


Vous êtes comme moi : effondré par le fiasco de la finale. Un match à sens unique, une débandade d’un protagoniste, pas de suspens et un score fleuve. On avait déjà vu pire (2004 : USC 55 -19 Oklahoma) sauf que cette édition 2013 était annoncée comme le duel du siècle entre les équipes les plus titrées de l’histoire.

S’il faut chercher une morale à l’histoire, elle est toute simple : l’invincibilité en saison régulière n’est pas un gage de performance ! On s’en doutait, maintenant on le sait !


De toutes les équipes qui ont participé à une finale BCS, Notre Dame est celle qui a le moins figuré dans le Top10 BCS depuis sa création. C’est la plus faible équipe de l’ère BCS que l’on ait vu en finale. Même Auburn en 2010 affichait déjà 3 présences dans le top 10, dont une saison parfaite en 2004. Comme quoi le classement BCS n’est pas si incohérent que cela !.

Est-ce que cela explique totalement le naufrage de ND ? Probablement pas ! Et il y a sûrement à chercher aussi du côté de 42 jours ( ! !) d’attente entre le dernier match des Irishs et la finale. Six semaines à tenter de rester dans le bain et maintenir une dynamique. Rappelons qu’Alabama a eu un match en plus avec une finale SEC contre le 3e du pays, un truc à emmagasiner de la confiance et des repères.

Mais pouvait-on faire autrement ? Les anti-Notre Dame vous sortiront la liste des équipes invaincues les années précédentes (Boise, TCU, Utah, Hawaii) auxquelles on a refusé un ticket pour la finale. Ils vous diront que ND a bénéficié d’un coup de pouce grâce à son palmarès d’antan et ses privilèges auprès de l’institution. Baliverne ! Il suffit de reprendre le calendrier de ND pour se rendre compte que celui-ci n’a rien à envier à ceux des grosses écuries. Battre Oklahoma chez eux (une des meilleures équipe de la décennie), Stanford (le champion de la PAC et vainqueur du Rose Bowl), USC, Michigan State et Michigan,… c’est du sérieux ! Certes il y a eu des couacs contre des équipes moyennes mais au bilan se sont bien des victoires et une saison parfaite. Mieux, c’était l’équipe qui proposait les meilleures stats en défense avec le N° 2 au classement du Heisman Trophy. Et puis qui auriez-vous mis en finale à la place de ND ? Oregon, l’équipe battue par Stanford, elle-même battue par ND ? Kansas State, battue par la modeste équipe de Baylor ? Pas très cohérent tout ca !

Il y aurait peut-être une solution qui serait de donner une prime de mérite aux équipes qui ont fait de meilleurs classements les saisons précédentes (récentes, bien sûr). Mais ce serait offrir un argument en plus aux anti-BCS qui y verraient un critère de subjectivité en plus dans un classement dont on ne comprend déjà plus rien dans son élaboration. On peut retourner le problème dans tous les sens, il n’y aura jamais de formule parfaite pour garantir d’avoir les deux meilleures équipes en finale.

Et je ne crois pas que des play-off  y changeront grand chose ! Si vous n’avez pas aimé la défaite de ND, vous risquez d’en vivre d’autres avec l’arrivé des play-off ! Je m’explique : avec le système actuel, l’équipe qui veut aller en finale ne doit rien lâcher sur chaque match, sinon elle amenuise ses chances. Une défaite doit avoir le plus petit écart au score pour conserver une meilleure place au classement en cas d’égalité avec une équipe qui aurait aussi une défaite au compteur. En play-off, à quoi bon limiter les dégâts au tableau d’affichage vu que c’est l’élimination directe ? Un truc à nous préparer des naufrages…
Je ne parle même pas des équipes invaincues de conférences moyennes qui auront réussi l’exploit de se glisser en play-off. Vous imaginez si on s’était retrouvé, comme en 2009, avec Cincinnati à la 3e place qui doit affronter Alabama !  Bonjour, la boucherie !
Pendant la saison régulière, on prie aussi pour que les grosses écuries de la SEC ne se gardent pas une défaite sous le coude, sachant qu’elles conservent toutes leurs chances d’être dans les prétendants aux play-off. Cela fait deux années de suite qu’Alabama est en finale malgré une défaite !


Saluons quand même la belle performance d’Alabama avec ce 2e titre d’affilé (la 1er fois de l’ère BCS) et son 3e en 4 ans. Une victoire qui met encore plus en relief le talent de leur coach, Nick Saban. Son expérience en NFL comme head coach (le seul de tous les champions de l’ère BCS – Les Miles de LSU n’était qu’assistant) lui a permis de devenir un coach au sommet de sa gloire. Au sommet de sa gloire est aussi la conférence SEC avec un 6e titre d’affilé !  Et quand un champion a une défaite en saison régulière c’est toujours contre une équipe de la SEC ! De quoi s’interroger !

11 commentaires:

  1. Tu cumules tous les arguments bancals des pro bcs pour arriver au bout du compte a quelque chose de bien peu convainquant. La solution existe, elle est simplissime, des playoffs avec au moins 8 équipes et idéalement 16... Ce qui se fait partout sauf en première division.

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui faudrait surtout c'est un changement dans le fond, Une réorganisation totale des conférences.

    Pourquoi pas 8 conférences avec aussi bien des équipes fortes et d'autres équipes plus faibles? Certes ce serait moins intéressant car ce sera surement toujours les même qui seront champion de conférences mais au moins avec les play off qui suivraient, ce seraient les meilleurs qui s'affrontent.

    Avec le système actuelle et les les play off à venir c'est trop déséquilibré. Imaginons un instant que Northern Illinois finisse invaincu en MAC et puisse participer en Play off contre Stanford ou Oregon ou Alabama ou une autre grosse équipe. Comme tu dis ce sera une boucherie et au final être champion dans ces conditions n'est plus méritoire. Et pourquoi ça? car le niveau entre chaque conférence est énorme. Alors Ok c'est pour permettre aux plus petite équipes de pouvoir s'illustrer mais le niveau du champion de la Sun Belt, de la C-USA ou de feu la WAC est bien en deça du niveau de n'importe quelle équipe composant la SEC ou la PAC12 par exemple.

    Je me demandais si il ne serait pas mieux de faire des conférences plus régionalisées par exemple une conf avec tout les équipe texanes, une autre avec toute les équipes californiennes et de la côtés ouest, une autre avec celles de floride et de louisianne ect. On pourrait ajouter d'autre challenge pour les équipes comme un championnat d'état en parallèle. Chaque conférence aurait un niveau similaire à d'autres et par conséquent les champions se vaudraient plus. Bien entendu à côté des play off il y aurait aussi les bowl pour ne pas laisser de côté les autres équipes moins chanceuses. Vraiment faire passer le sportif au devant de la scène et non plus le nom de la fac serait mieux pour le football.

    Je sais que tout ça n'est qu'une utopie puisque le college football brasse tellement d'argent avec de nombreux match à enjeux mais je doute que l'on perde en intérêt de l'autre côté.
    Néanmoins faire en sorte que les meilleures équipes soient dans la même conférence rend le tout totalement débile avec par exemple le risque de se retrouver avec 3 ou 4 équipe SEC en play off quasiment chaque année. Et si une autre équipe parvient à s'immiscer dans ces play off, ses chances seraient quasi nulle car le niveau seraient plus bas, même si de très bonne équipes sont dans d'autres conférences mais les critères de choix des équipes sont trop partiales et tiennent plus souvent compte du nom de la fac que de son parcours.

    On aurait pu avoir Notre Dame - Ohio State en finale BCS si ces derniers n'étaient pas interdit de Bowl (eux aussi étaient invaincus et je n'ai aucun doute quant à une victoire contre Nebraska en finale Big Ten). mais aurait-on pu légitimer ces 2 équipes alors que leur niveau est clairement plus faible qu'Alabama?



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les conférences régionalisées ça n'a aucun sens puisque justement les conférences cherchent à s'étendre pour gagner des marchés télévisuels. En outre, si tu fais une conférence 100% Floride et une conférence 100% Pennsylvanie, les rencontres inter-conf seront une boucherie. Il y a bien plus de talent dans les états ensoleillés (on pourrait débattre de pourquoi mais c'est un fait: FL, TX, CA sont les états les mieux fournis en talent).
      Les playoffs c'est de la connerie aussi. Quand Bama, LSU, Florida (quand ils jouent) et Georgia sont capables de mette des trempes à tout le monde, pourquoi avoir le champion de la Mac en playoffs et laisser 2 équipes de la SEC sur le carreau ? La seule façon que les playoffs marchent serait d'avoir 32 ou 64 équipes pour être certain de ne rater personne. Et ça, c'est pas possible au foot, ça prendrait trop de temps.
      De toute façon, avec 120 équipes qui ne s'affrontent pas toutes, la tentative de décerner un titre de champion est quasi vaine. Et la plupart des fans de CFB se tapent certainement de savoir qui est champion, vu qu'à de rares exceptions près ça ne veut strictement rien dire (les polémiques annuelles pré- ou post-BCS sont là pour l'illustrer). L'essentiel est de gagner sa conférence. Ensuite les bowls ne sont que des matchs de gala, et hormis quelques règles pour les qualifs automatiques, les comités prennent qui ils veulent (cf. Iowa il y a une paire d'années). BCS/playoffs ou pas, il n'y aura jamais de moyen de déterminer un vrai champion. Les playoffs NFL sont une blague (cough, Giants, cough) et ça serait pareil en NCAA si on incorpore trop d'équipes. Conclusion, il faudrait arrêter de s'exciter sur la détermination d'un champion parce que 1. C'est impossible, et 2. Qui (hormis les médias et les fans des 3 équipes concernées) s'en soucie vraiment ?
      Au moins, dans nos championnats de foot européens tout le monde se rencontre donc le champion est à peu près légitime (quoiqu'il peut perdre deux fois contre son dauphin mais tout de même finir premier). Et si ça n'est pas possible en NBA, NHL, ou MLB, au moins les équipes qualifiées en playoffs ont 7 matchs pour se mettre d'accord. Et encore, une équipe peut être moyenne en saison régulière et remporter le titre. Le seul truc qu'on peut reconnaître au College Football c'est que la saison régulière compte vraiment. A des rares exceptions près, une défaite en saison régulière ne pardonne pas, sauf si c'est contre un autre gros poids lourds. J'attends avec impatience le jour ou Ohio State enverra les remplaçants jouer contre Michigan pour se préserver en vue des playoffs. Ce jour là, on pourra tous pleurer un bon coup...

      Supprimer
    2. Je sais c'est pourquoi je disais que c'est une utopie de ma part.
      Néanmoins le fait d'harmoniser les conférences serait plus cohérent que le système actuel. Qu'est ce que ça veut dire d'être champion de la Sun Belt sincèrement? l'équipe pourrait même pas battre le dernier de la SEC, quand tu vois déjà que les équipes d'ACC font peine à voir alors qu'elles sont dans le top 50 des équipes FBS...
      Tout est calqué sur la renommée de l'équipe et non sur le parcours sportif et encore celui qui fait un schedule parfait en étant champion d'une conf non BCS ça vaut que dalle comme tu dis comparé à une équipe qui est à 9-3 en SEC.

      Personnellement je trouve dérangeant de faire des conf représentant les meilleurs équipes et d'autre avec les équipes de 2nde voir de 3ème zone. Et voir des Po avec 4 équipes de SEC je trouve ça tout autant inintéressant. Autant dire que le champion SEC est le champion NCAA et puis c'est tout...

      Supprimer
    3. Blaise a bien résumé le truc : à vrai dire on s'en tape... et paradoxalement c'est la magie de la NCAA de na pas attendre la fin de saison pour bander.

      L'important c'est chaque journée où l'on peut se régaler avec des rivalités (aussi importantes que des bowls) des affrontements inédits de grosses écuries et surtout de voir tomber un par un les premiers du classements, au fil de la saison.

      Perso, je ne veux pas attendre la fin de saison comme en NFL pour avoir enfin un réel suspens sportif. Il y a plein d'autres sports pour cela.

      Supprimer
  3. Seigneur Nécron> tu as tout dit ! La grande vérité c'est que les conférences sont trop inégales. Donc, on peut gloser à souhait pour rêver des chances des petits, ce na changera rien.

    Et il n'y a bien que Olive pour croire à une victoire des équipes de la Mountain contre une équipe de la SEC en play-off ! Une seule victoire de Boise contre une équipe de la SEC en 7 ans(Georgia, en ouverture de saison dernière), c'est léger comme certitude !!!! En plus, on a vu ce que ca donne avec ND quand on ne rencontre aucune équipe de la SEC en saison régulière !

    Les play-off c'est bien dans un championnat où tous le monde rencontre tout le monde. Dans le cas présent ca ne changera rien !

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour à tous, une question pourquoi deux numéro 5 du côté de ND ? le QB et un LB ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que rien n'interdit à un joueur d'attaque et un joueur de défense de porter le même numéro. Il faut juste que les deux joueurs ne soient pas en même temps sur le terrain... C'est exceptionnel quand un joueur de College cumule des positions offensive et défensive (citons Owen Marecic, maintenant Fullback aux Browns, qui jouait FB et ILB à Stanford).

      Supprimer
  5. En même le schedule de ND est bien plus faible que celui de 'Bama qui a pris LSU, TAMU, South Carolina et Florida rien que dans sa conf

    Eric, Lille

    RépondreSupprimer
  6. Oui mais le shedule de ND est aussi bon que celui de Oregon, et kansas State, voire Florida... alors on met qui face à Bama ?

    RépondreSupprimer
  7. En même temps, Oregon a oblitéré tout ce qui se trouvait sur son chemin (sauf la défaite en OT contre Stanford), y compris une médiocre équipe de USC contre lequel ND a souffert. Et les victoires contre BYU (3 pt), Purdue (3pt) ou Pitt (3 pt et 3 OT) ne sont pas des plus brillantes. Je dirai que la correction collée à Miami et la victoire à Oklahoma sont impressionnantes mais Kansas State a mis la même dérouillée aux Canes et a aussi battu les Sooners (moins largement certes), que Texas A&M a atomisé. Je ne suis pas convaincu par l'exceptionnelle difficulté du calendrier de Notre Dame. Michigan State était en vacances cette année et Michigan joue pour et par Denard Robinson, il suffit d'une solide défense au sol pour annihiler les Wolverines. La conclusion de tout ceci est que la SEC a encore de la marge et qu'il est bien difficile de comparer des équipes qui jouent des calendriers différents. Perso, j'aurais voulu voir si Bama pouvait arrêter les Ducks (je pense que oui). 3 titres en 4 ans, ça n'est pas un hasard... J'aurais aussi bien aimé voir Ohio State dans un gros bowl, parce que je ne suis pas convaincu que les Bucks étaient si forts que ça (eux aussi sont un peu mono-dimensionnel avec tout sur Braxton Miller). Comme quoi, 12-0 en saison régulière, c'est un bel exploit mais ça prouve juste que les équipes sortent tous les weekends extrêmement concentrées (pour éviter les déconvenues genre Baylor 2012 ou autre Iowa State 2011) mais pour l'instant je prends encore n'importe quelle équipe de la SEC à 10-2 ou 11-2 contre une équipe de 12-0 ou 13-0 d'une autre conférence. Peut-être que les playoffs proposeront ce genre de match-up dans des matchs qui compteront (cough, Florida, cough).

    RépondreSupprimer