Saison 2012 - Heisman Trophy, entre hype et chauvinisme…

Luck Andrew l’année dernière, Manti Te'o cette année… on le constate de plus en plus, le Heisman Trophy est devenu le trophée du joueur au meilleur "buzz" sur fond de chauvinisme régional.

J’ai fait une carte des écarts de points entre les deux principaux prétendants 2012 au travers des 6 grandes zones géographiques reconnues (chaque région possède 145 votes) : Farwest, Southwest, South, Midwest, Midatlantic, Northeast. Une carte qui révèle certaines ambiguïtés. Je passe sur le fait que ces zones géographiques ont le même nombre de votes pour des nombres d’habitants totalement inégaux, en fait c’est le comportement chauvin des votants qui me gène le plus. On se demande comment les gens de la région Midwest ont pu donner 6 points d’avance à Manti Te’o, là où ceux de la région sud donnent 146 points d’avance à Johnny Manziel. A croire que l’on ne parle pas de la même personne ! ! !



Ecarts de points par régions

Admettons que les votants ont joué la carte du chauvinisme en soutenant le poulain de leur zone géographique (on avait vu le même phénomène l’an passé avec la région Farwest qui donnait 95 points d’avance à Luck Andrew, là où la région Southwest – celle de Griffin – donnait 193 points d’avance au texan), mais on se rend compte grosso-modo que plus on s’éloigne de la région du candidat plus les votes lui sont défavorables. 

Alors quand on se retrouve dans un duel comme celui de cette année entre un gars du Nord et un gars du Sud (je mets Collin Klein de côté car il n'était clairement pas au niveau des autres dans les pronostics) c’est la guerre de sécession qui se rejoue. Le bon vieux clivage qui persiste dans ce pays et que l’on retrouve en politique. D’ailleurs si on pouvait avoir le vote détaillé par états du Heisman, je suis certain que l’on ne serait pas loin d’avoir une carte proche du clivage de la dernière élection présidentielle : démocrates du Nord et de l’Ouest contre républicains du grand sud (Texas au Kentuchy). 

Attention, je ne remets nullement en cause la victoire de Johnny Manziel qui est en tête dans toutes les régions, sauf celle de son concurrent. J’affirme simplement qu’un phénomène «partisan» existe et que ce n’est pas seulement la voix de l’objectivité qui parle pour noter un joueur mais aussi celle de la préférence géographique.

Je ne parle pas du côté « hype » et « récompense médiatique » du trophée Heisman. Faudrait vraiment que les organisateurs se mettent d’accord sur ce que veux dire « meilleur joueur de l’année ». Celui qui surprend ?  Celui qui fait le buzz dans les grandes rivalités ?  Celui qui impressionne plutôt que celui qui est régulier et besogneux ? Ou tout simplement celui qui a les meilleures stats ? Non, parce que vu la tournure que prend le jeu moderne en NCAA, un défenseur n’aura jamais la possibilité de s’illustrer… à moins que l’on décide de le rebaptiser «Trophée de l’attaquant le plus prolifique». S’il sort de l’anonymat ou est sauvé des eaux, ce sera encore mieux pour ajouter à la succes story…


Le Maxwell Award depuis 1937

Pour moi le Trophée de référence est désormais le Maxwell Award qui, lui aussi, récompense le meilleur joueur de l’année. Il est moins médiatique que le Heisman mais et tout aussi ancien et prestigieux. Et vu les lauréats (notamment Manti cette année et Luck Andrew l’an passé), il prend à mes yeux de plus en plus de crédit. Vous remarquerez d’ailleurs que les vainqueurs du Maxwell gagnent, de plus en plus rarement, le Heisman. Un signe !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire