Saison 2011 - Inside Colorado

Une grenouille fan de bison : le blog a la chance d’avoir un rédacteur sur place pour ses études. Il a donné son accord pour nous faire un suivi de son équipe pour cette saison.

Avant de commencer mes reportages de matchs et d’autres évènements concernant la saison des Buffs, un petit topo.

Les Colorado Buffaloes (les Buffs pour faire plus court) forment l’équipe de l’université de Colorado Boulder, fac de 30 000 étudiants située à peu près à 45 minutes de Denver. Grande université sportive (pas forcement de Foot US), CU Boulder est maintenant plus connue pour sa réputation (youpi pour moi !) de «#1 Party School» attribuée par Playboy. «Party School» est un collège ou une université qui a une réputation d’usage d’alcool, de stupéfiants ou une culture générale de libertinage.

Les Buffs n’ont jamais été une très grande équipe de foot, la dernière fois que nous nous sommes hissés jusqu’au Championnat National remonte à 1990. Si l’institution de CU Boulder ne brille pas, elle n’a pourtant pas honte de son héritage, figurant à la 16eme place du classement NCAA Div 1 pour son pourcentage de victoires. Mais 1990 est loin, et les dernières années ont été plutôt rudes avec une succession de 4 coachs depuis 2005, date de la dernière saison gagnante pour nos Buffs.

Si les 5 saisons précédentes tenaient plus d’une traversée du désert, la saison 2010 fut exceptionnellement pourrie.Tout commence avec la perte du QB N°1 Tyler Hansen qui se blesse contre Texas Tech avec rupture de la rate. Il fut d’ailleurs remplacé par le QB N°2, Cody Hawkins (le fameux QB de la Team USA lors de la dernière Coupe du Monde en Autriche) fils du coach principal, Dan Hawkins.
A la dérive, le programme ne fait que sombrer avec un tel énervement de la part de l’université et des fans que tous espéreraient la démission de Hawkins père. Vœu exaucé lorsque les Buffs perdent contre KU en 4ème quart après avoir mené de 28 points. Exit Hawkins, enter Cabral coach des LB et assistant d’Hawkins. Cabral parvient à arracher 2 victoires sur les 3 matchs restants.
Mais la saison terminée le calvaire continue : non content de devoir trouver un remplaçant permanent pour Hawkins, les Buffs se retrouvent impliqués dans une affaire de viol, où Michael Sipili LB et capitaine dans sa 4eme année se voit accusé (et coupable maintenant) du viol d’une étudiante. Un autre est devant le tribunal pour avoir tenté de couvrir Sipili. Pour compléter le tableau, plusieurs stars qui ont obtenu leur diplôme quittent Boulder, la plupart pour la NFL : Nate Solder (LT, Patriots), Jimmy Smith (CB, Ravens), Jalil Brown (CB, Chiefs) et Scotty McKnight (WR, Jets).

La post-season et l’été ont vu l’arrivée d’un nouveau staff mené par Jon Embree, ancien grand des Buffs qui a accepté de quitter le staff des Redskins pour le job d’HC. Embre a remodelé l’équipe, changeant les Buffs en une équipe de « power-running ». Le nouveau coach a mené un training camp le plus brutal du programme depuis longtemps, avec des séances de contacts prolongés et beaucoup de préparation physique pour palier aux défauts de la saison précédente avec un physique merdique.

Sur le campus, les avis sur la saison à venir sont partagés, surtout que cette saison inaugure le transfert des Buffs de Big 12, en PAC 12. Une équipe des Buffs décimée par 6 ans de mauvais coaching, les départs de joueurs de gros calibre vers la NFL et un head coach débutant,… et tout cela pour aller se frotter à des cadors comme Oregon, USC, Stanford and co. A mon sens, nous allons maintenant jouer contre des équipes d’un niveau supérieur. Une aubaine à long terme, mais une souffrance dans l’immédiat.

Week 1: Hawaii en préambule

L’ouverture se fait hors conférence, contre les Warriors d’Hawaii. Ayant pu arracher une victoire sur les Warriors l’an dernier (une des rares, sniff) les Buffs espéraient renouveler l’exploit. Cela aurait tenu de la performance car même si Embree a fait du bon boulot en remettant à niveau une équipe démoralisée et sous entraînée, les Warriors sont, eux, dans la continuité. Leur QB, Moniz a lancé pour plus de 5000 yds l’an dernier.

Tout le monde attendait le bras de Moniz pour abattre les Buffs, mais c’est à la course que celui-ci a fait la différence. Secoué par une défense agressive des Buffs, Moniz a réussi à passer 3 big plays au sol (pour 3 TD) contre une équipe de Colorado prise au dépourvu. Un grand match pour Moniz (totalisant 300yds et 4TD) qui contrarie les velléités des Buffs pour ce début de saison.

Mais l’espoir persiste avec une défense des Buffs qui s’est montrée prometteuse. Il faut juste que l’Offense, paralysée lors du match contre Hawaii, se réveille contre les Cal Bears Samedi…

Plus que des longs discours sur le match en lui-même >> ALLEZ VOIR LA BOXSCORE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire